L’expo tout en vidéos de Ziad Antar à La Criée

VISUEL_ANTAR_BD_croix-96105

Jusqu’au 16 février, vous pouvez découvrir l’exposition Safe Sounds de l’artiste libanais Ziad Antar, au Centre d’Art Contemporain de Rennes, La Criée. Une exposition, qui non seulement se contemple, mais s’écoute, car celle-ci se compose uniquement de vidéos de courtes durées. Nous avons pris le temps de nous immerger dans l’univers de l’artiste. Petit retour.

Un hall sombre, des sons qui résonnent, quelques bancs, des images projetées sur les murs. D’emblée, nous sommes plongés dans une ambiance singulière. Une ambiance construite sur des sons qui se font échos, sur des images presque abstraites au premier coup d’œil. Alors on s’assoit, on regarde et on écoute.

Nous sommes face aux vidéos de Ziad Antar. Cet artiste libanais, né en 1978 à Saïda a étudié l’ingénierie agricole, puis le cinéma en France. L’œuvre de l’artiste se concentre sur l’image fixe ou animée ainsi que sur « les différents supports techniques photographiques et filmiques » dont il en fait « la matière première de son travail ».

On comprend vite que l’artiste exploite l’image pour ce qu’elle est, dénuée de tout montage, de commentaire, ou de scénario. En effet, les images projetées sont brutes, filmées en plan séquence et marquées par le temps à travers l’utilisation d’un matériel usé. Elles s’observent tels des tableaux en mouvance.

Le mouvement. C’est également l’un des pilier de cette exposition. Impossible de ne pas se déplacer, de pivoter, se retourner, afin d’observer une vidéo, qui fait écho à une autre, puis encore une autre. Un jeu souligné également par les sons. Dans une vidéo, alors que l’artiste est filmé sous la douche, celui-ci entame une session percussion claquant des mains sur son torse (quoi, ça ne vous arrive pas ?). Les sons qu’il produit viennent tout simplement rythmer d’autres vidéos. Leur donnant davantage de force, voir de sens.

Crédit photo : Benoît Mauras 2013
Crédit photo : Benoît Mauras 2013

Les vidéos de Ziad Antar rendent également compte de la situation conflictuelle au Liban. L’artiste filme, donc témoigne, du quotidien de lui et sa famille, durant la guerre des 30 jours en 2006, qui opposa l’Etat d’Israël au Hezbollah. Des journées rythmées par la résonance des tirs de roquettes, des bombes. Enfermé chez lui, Ziad Antar filme le conflit qui les entoure, lui et sa famille, depuis le balcon de leur appartement. Le conflit semble finalement vécu comme une habitude.

Ainsi, pas de superficialité ni de fioriture pour cette exposition que nous propose La Criée. Safe Sounds nous invite à apprécier l’image dans sa brutalité, pour ce qu’elle invite à voir et non à imaginer. Ziad Antar présente, par ces images animées, « une approche immédiate de la réalité », que celles-ci représentent le conflit au Liban, une plantation d’oliviers à Saïda, ou un homme faisant des percussions sous la douche.

Crédit photo : Benoît Mauras 2013
Crédit photo : Benoît Mauras 2013

Safe Sounds, de Ziad Antar
à La Criée
jusqu’au 16 février 2014

Author: rennesacoupdecoeur

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.