Petit report sur la 49ème édition du festival Rock’n’solex

Rock’n’solex, le plus ancien festival étudiant de France, qui se déroulait du 4 au 8 mai fêtait cette année ses 49 ans ! Retour sur 4 jours de festivités.

_NOE8093

_NOE8058

Mercredi 

Avant que les hostilités débutent à partir du jeudi soir : on ouvre le bal avec un traditionnel fest-noz organisé au foyer de l’INSA accompagné de ces célèbres courses de solex (l’une des plus grandes d’Europe) accueillant des coureurs venus de la France entière pour l’évènement. Durant près de quatre jours, les participants s’affrontent en mettant en compétition leur aptitude selon trois critères précis : la technique, l’endurance et la vitesse. Lorsque les courses sont terminées, le campus de Beaulieu ne retrouve pas son calme pour autant. En fin de soirée, le festival ouvre ses portes au public pour faire bouger tout Rennes 1 et ce jusqu’à quatre heures du matin.

_NOE8116

_NOE8128

Jeudi

Très classique du jeudi soir à Rock’n’solex, la programmation oscille entre reggae et rock, histoire de commencer les festivités en douceur. A l’exception peut-être d’Hilight Tribe, ce groupe de trance acoustique qu’on avait remarqué il y a quelques années avec son morceau Free Tibet.

On retrouvait donc sur la grande scène de Beaulieu des groupes tels que Le Peuple de l’Herbe, L’Entourloop et Broussaï ainsi qu’un peu de rock’n’roll à la française avec Billy Hornett.

_NOE8225

_NOE8161

Vendredi

Le vendredi c’était jour de fête ! Au programme : Scratch Bandits Crew de Chinese Man Records (Label du  célèbre groupe hip-hop Chinese Man), Dusky, Bondax et bien évidemment Breakbot tête d’affiche incontournable de la soirée. Le producteur français aux cheveux longs, a su faire danser une foule déchaînée au rythme de ses notes très funk, disco, notamment sur le fameux “Baby I’m Yours”.

Pendant ce temps là les gars d’Astropolis, Arno Gonzalez, Trunkline et Sonic Crew, ambiancaient dignement le chapiteau à coup de Techno, comme ils savent bien le faire !

_NOE8235

_NOE8705

Samedi

La dernière soirée de cette 49ème édition s’est clôturée en beauté avec de grands noms à l’affiche. 

Sous la grande scène, deux grands monsieurs de l’éléctro française : Pedro Winter aka Busy P et Etienne de Crécy.

Un live intéressant pour le producteur des Superdiscount porté par une foule déjà très animée. Et à son apogée lorsque Busy P, patron d’Ed Banger a pris les rennes de la scène.

_NOE8724

_NOE8394

_NOE8167

Tel un air de déjà vu, le groupe de musiques électroniques Cotton Claw entrait sur scène en rappelant drôlement C2C, chacun derrière leur contrôleur Pad, ils ont su conquérir le public rennais. Sans oublier Boston Bun, et le groupe au look singulier Club Cheval. On se souvient de Discipline, l’un de leurs derniers morceaux.

Alors que les gars de Midi Deux étaient au taquet pour foutre le feu au “chapitek” à coup de bonne techno, pour l’occas’ Calcuta et Full Quantic Pass étaient de la partie avec le lyonnais J-Zbel de Brothers From Different Mothers.

Avec des soirées à guichets fermés, malgré une légère baisse de fréquentation, le festival a su de nouveau faire danser les bretons, désormais il faudra attendre pour les cinquante ans de ce vieux festival étudiant. On a déjà hâte !!!

_NOE8170

_NOE8172

No Comments Yet

Leave a Reply