Festival d’arts numériques Bouillants #06 : on s’est pris au jeu !

PainStation du collectif //////////Fur//// © Gwendal Le Flem
PainStation du collectif //////////Fur//// © Gwendal Le Flem

Il y a un mois, nous vous parlions du festival d’arts numériques et multimédia Bouillants, qui venait de dévoiler sa programmation. Laquelle ne pouvait que nous pousser à y aller. C’est chose faite. Nous avons eu droit à une présentation détaillée de chaque œuvre dans cet espace d’exposition si atypique qu’est l’ancienne laiterie Les Bouillants, à Vern-sur-Seiche. Petite sélection de nos coups de cœur et de ce que vous pourrez y découvrir.

« […]Bouillants réalise à nouveau cette année un espace façonné et libre dans lequel l’individu est invité à se questionner et à se comporter », peut-on lire dans l’édito du programme du festival Bouillants. Des questions, que le visiteur est amené à se poser à travers la thématique du Je(u). Le spectateur, petit ou grand, prend les commandes, la souris, la manette, le clavier et joue. A plusieurs ou seul, celui-ci est poussé à s’interroger sur ses comportements, au sein du jeu et au-delà : non, ces œuvres, ne sont pas qu’un jeu. Elles rappellent l’importance de nos actes et de nos choix dans la société.

De l’absurdité de nos comportements

Enfant, qui n’a jamais fait semblant de tirer sur quelqu’un, pour jouer ? Et croire, dur comme fer, que sa main était un pistolet ? L’artiste Vincent Ciciliato revisite ce geste et en fait le cœur de l’œuvre Tempo Scaduto. Vous êtes plongé dans la ville de Palerme, en pleine guerre des mafias dans les années 1980. Choisissez votre victime, visez, tirez. Tuez, jusqu’à trouver la bonne cible, laquelle vous fera découvrir, par une reconstitution vidéo documentée, le meurtre de cette victime. Une manière de prendre conscience de l’absurdité de l’acte, alors répété à maintes reprises.

Vincent CICILIATO – « Tempo scaduto » from Le Fresnoy on Vimeo.

Avec plus de légèreté, Rafaël Rozendaal vous propose de jouer à Finger Battle, une application on ne peut plus simple. Placé au milieu d’un ring de boxe, un smartphone. Les deux joueurs doivent tapoter le plus rapidement possible du doigt sur l’écran, dans le but d’empiéter sur leur territoire respectif, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un. Oui, c’est idiot. Seule la rapidité du doigt déterminera le vainqueur… Parfois, les choses les plus absurdes rencontrent un immense succès et sont d’une addiction surprenante.

Finger Battle © Gwendal Le Flem
Finger Battle © Gwendal Le Flem

Vigilance 1.0 n’est pas en reste, avec la possibilité de surveiller les différents quartiers d’une ville. Votre rôle : dénoncer. Plus vous dénoncer, plus vous gagnez. Martin Le Chevallier vous propose de vous interroger sur le sens de la malveillance, du délit et des comportements condamnables.

Vigilance 1.0
Vigilance 1.0

Testez votre culture du jeu numérique

Bouillants nous permet aussi de tester notre culture du jeu vidéo à travers le temps, notamment avec l’œuvre Game Border. L’artiste japonais Jun Fujiki nous fait voyager dans l’histoire du jeu vidéo. Faîtes parcourir votre personnage à travers les différentes époques des jeux vidéos : des manettes, au graphisme, en passant par les écrans. Retrouvez LA manette, LE jeu de votre enfance, votre petite madeleine en quelque sorte.

Revisitez également le karaoké avec Revolustar de Gaspard et Sandra Bébié-Valérian. Des images, un micro, du MP3 synchronisé. Jusqu’ici tout va bien. Mais vous allez vite comprendre que Revolustar vous teste sur le répertoire des chants partisans. Faites vous plaisir en chantant des paroles révolutionnaires sur un clip des Destiny’s Child. L’effet est plutôt marrant.

Revolustar © Gwendal Le Flem
Revolustar © Gwendal Le Flem

Bon aller, on ne vous en dit pas plus sur cette exposition. A part qu’il serait vraiment dommage de louper un tel événement. Et qui plus est, dans un lieu exceptionnel (un terrain de jeu à lui tout seul).

Festival Bouillants #06, Vern-sur-Seiche, jusqu’au 1er Juin 2014

No Comments Yet

Leave a Reply