Etre Assis ou Danser

EAOD1Avec des apparitions de plus en plus fréquentes dans l’agenda des soirées rennaises, l’association Etre Assis ou Danser se fait peu à peu fait une place dans le paysage culturel de la métropole. Aux commandes, deux jeunes passionnés de musique qui proposent régulièrement via cette association des soirées concerts dans différents lieux du centre-ville. Bien évidemment, ils sont loin d’être les seuls à le faire au sein de l’effervescente capitale bretonne, mais leur originalité vient d’une spécialisation dans un courant musical bien spécifique qui les fascine tout particulièrement, à savoir la minimal synth. Fusion contemporaine d’héritages divers provenant aussi bien de la minimale, de la techno, de la cold-wave, de la synth pop ou encore de la new-wave, cette musique repose essentiellement sur la superposition de synthés, de boites à rythmes et de voix qu’on pourrait peut-être qualifier de spectrales ou désincarnées. Une écriture musicale qui se concentre sur l’essentiel, un rejet des fioritures ; cette esthétique électronique épurée et entêtante fait du concept de circularité un absolu, entrainant irrémédiablement l’auditeur dans une sorte de transe hypnotique.

Avec déjà une dizaine de soirées à son actif, l’association se concentre actuellement sur un nouveau challenge : une grande soirée musicale nocturne qui se déroulera cette fois-ci à l’UBU ; projet de taille qui semble une bonne occasion de faire la rencontre de Marianne et Kévin et d’en savoir un peu plus sur cette association…

EAOD7

A l’origine, de 2011 à 2012,  la dénomination « Etre Assis ou Danser » fait référence à une émission de radio présentée par le duo sur Radio Campus Rennes et consacrée à la minimal synth. Lorsque l’émission prend fin, s’ensuit une courte période creuse pendant laquelle ils décident de se lancer de manière autonome dans l’organisation de soirées qui feraient la part belle à ce courant musical peu connu du grand public.

-Comment êtes vous passé de l’un à l’autre ?

Marianne : « Dans le cadre de l’émission de radio, on avait déjà noué des contacts avec des labels, artistes… »

Kevin : « Et même on avait déjà en tête depuis un moment de pourquoi pas organiser nos propres soirées, mais on savait pas trop comment tout ça fonctionnait, donc on a eu un peu de mal à se lancer ».

Le premier concert organisé par l’association a lieu au Grand Sommeil, bar rennais qui vient alors tout juste d’ouvrir ses portes, et c’est Franck Alpine qui est mis à l’honneur. La soirée est une réussite, ce qui pousse le duo à poursuivre l’aventure.

 EAOD8

-Quelle fréquence de concert envisagiez-vous lors de la création de l’association ?

Marianne : « Déjà il y avait des artistes qu’on avait vraiment envie de faire venir, qui étaient en tournée, et on ne pouvait pas vraiment choisir les dates sur lesquelles ils seraient disponibles, donc on ne s’est jamais dit « on va faire tant de concerts par mois »… »

Kévin : « mais on a quand même commencé avec deux concert, celui de mars et celui d’avril avec Martial Canterel, du coup quand on a commencé on savait qu’il y en aurait au moins deux, mais après le reste…on ne savait pas encore. Au final jusqu’à juin on en a fait un par mois à peu près ».

-Comment décririez-vous la musique que vous programmez lors de ces soirées ?

Marianne : « c’est pas hyper facile à définir parce que chacun a un peu sa façon personnelle de voir les choses… »

Kevin : « en gros ça tourne autour du synthé, nous on définit ça comme de la minimal synth, mais après ça peut toucher aussi à la cold-wave, à la synth pop… »

Marianne : « certains labels sont très représentatif de ce courant ; Minimal Wave, Visage Genetic, Dark Entries, Medical Records, Mannequin, Domestica, avant il y avait Wierd aussi… ».

EAOD4

Dès le départ, l’association choisit de faire venir des artistes des quatre coins de la France ou même de l’étranger, ce courant ne comportant que peu de représentants dans les environs : « on savait qu’on avait envie nous de toute manière de voir ces artistes, et que si on voulait les voir on devrait forcément se déplacer à Paris ou à l’étranger, donc on s’est dit autant les faire venir et puis on verra bien si ça marche… ! (rires) […]Les tarifs restent abordables parce que les artistes s’adaptent, il y a moyen de négocier ».

Ces derniers mois le duo n’a pas chômé et a enchainé les soirées concerts, faisant venir un certain nombre d’artistes tels que Franck Alpine, Martial Canterel, Gold Zebra, Indian Jewelry, Chevalier Avant Garde, Automelodi, Micro Cheval, Kontravoid…

EAOD5

-Vous êtes vous lancés dans cette aventure plutôt dans une démarche d’offre ou de demande par rapport au public rennais ?

Kévin : « plutôt d’offre, l’idée c’était de faire découvrir ce courant musical aux gens, de partager notre délire, au départ on ne savait pas trop s’il y avait un public pour ça…»

Marianne : « on connaissait juste quelques personnes à qui on savait que ça pouvait éventuellement plaire… on a eu quelques moments de découragements, quand parfois il y avait moins de monde, mais là ça commence à prendre, on a l’impression que certaines personnes reviennent d’une fois sur l’autre, s’intéressent, de nouvelles personnes viennent nous dire qu’elles apprécient beaucoup nos soirées… beaucoup de gens qui découvrent vraiment sur le tas et qui sont agréablement surpris de voir que des concerts de ce type sont proposés  à Rennes ».

Pour aller dans cette logique de découverte, les tarifs restent, malgré une programmation pointue, accessibles à tous : « en général ça dépend du cachet, en moyenne ça tourne autour de 4/5eur ».

EAOD2

-Pouvez-vous me parler un peu plus de ce projet de soirée à l’UBU ?

Marianne : « ce sera le 14 février, on n’a pas encore la prog, mais déjà un certain nombre d’idées. On va plus miser sur la techno parce qu’on sait que ça plait et puis ça peut rester cohérent avec notre projet ».

Kévin : « le concept sera vraiment de montrer le lien entre ce qu’on fait et la musique techno, on veut mélanger un peu les deux, une figure majeure de la scène techno avec un groupe qui colle plus à ce qu’on fait d’habitude, avec du chant… et ça changerait un peu des soirées club sur Rennes ».

Retrouvez Etre Assis ou Danser :

Facebook

Twitter

Petite sélection musicale de Marianne et Kévin pour vous faire découvrir leur univers :

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>