Rencontre avec Astrodynamics !

Cette semaine, ce sont les Bars’ n Rennes qui rythment nos soirées ! Une bonne excuse pour aller à la rencontre du jeune artiste rennais Astrodynamics (artiste Epopée) . Univers ténébreux, mélodies coldwave soutenues par une sombre rythmique électro, le tout bercée par la voix profonde de Gautier « personnage assez schizophrène qui ne sait plus trop qui il est… » .  A l’occasion de sa prestation jeudi soir à l’Ubu et de son titre « Acela » à paraître dans le premier EP du tout jeune label Vielspaß, Astrodynamics s’est prêté au jeu des questions réponses et se dévoile peu à peu au fil de nos questions.

Peux-tu nous décrire, nous faire la « genèse » de ton projet ? Et aussi nous parler de toi, qui se cache derrière Astrodynamics…

J’ai commencé la musique au collège en tant que chanteur et bassiste dans un groupe de rock. A l’époque, j’écrivais des textes français engagés. On a fait quelques beaux concerts mais notre batteur a déménagé. J’ai donc décidé d’acheter une boîte à rythmes. Dès lors, notre univers a dérivé vers le rock/trip-hop. En 2007, alors que le groupe se séparait, j’avais acquis pas mal de machines. C’est donc naturellement que je me suis tourné vers les musiques électroniques. J’ai débuté dans univers minimal house avant d’être influencé par la french touch 2.0. Je suis donc parti sur un son plus agressif, plus crado mais bien plus efficace. J’ai alors fait quelques petites dates sur Rennes et Caen. Mais, lassé par la turbine et la disto, j’ai mis la scène de côté pour travailler mon univers musical. Je suis resté dans mon petit studio pendant deux ans jusqu’à ce que je décide d’inclure ma voix. J’ai travaillé à fond jusqu’à ce que ce nouveau projet aboutisse. Et, en Décembre 2011, je faisais ma première date à Rennes. Enfin, pour répondre à la question « qui se cache derrière Astrodynamics », je ne saurais pas trop répondre et juste te dire, qu’il y a Gautier Basyn, un personnage assez schizophrène qui ne sait plus trop qui il est…

Tu t’es fais repérer par Jean-Louis Brossard l’année dernière, aux Bars’ n Rennes, quel a été ton évolution suite à cette rencontre ?

Actuellement, il y a deux rencontres qui ont permis au projet d’évoluer et d’entrevoir de nouvelles possibilités. La première et la plus ancienne, est la rencontre de Bruno Vanthournout (le programmateur de Bars In Breizh et Bars En Trans) qui m’a permis de mettre en avant le projet et qui m’a donné l’envie de faire plus de concerts. C’est ainsi que j’ai pu jouer dans le cadre de Bars’n Saint-Brieuc, Bars’n Saint-Malo, Bars’n Brest et enfin Bars’n Rennes. C’est justement lors de ce dernier (il y a juste un an) que j’ai rencontré Jean-Louis. Dès lors, le projet a pu dépasser la frontière bretonne : je me souviendrais toujours de ma première grande salle qui fut le Point Ephémère à Paris (lors de la soirée de lancement des Trans). S’en est suivi le Coatélan à Morlaix et l’apothéose, le hall 4 des TransMusicales devant 2000 personnes. C’est aussi lors de ces différentes étapes que j’ai pu rencontrer plusieurs personnes qui soutiennent aujourd’hui mon projet.

Tu as une voix très deep, profonde, des allures Cold Wave derrière de l’electro aux rythmes frénétiques, comment se passe la composition de tes morceaux ?

Je n’ai pas de recette et c’est vraiment très aléatoire. Il m’arrive de commencer un morceau par une basse ou un synthé, mais je peux débuter par une batterie ou un petit air chanté. Je n’ai pas non plus de lieu de prédilection: c’est souvent chez moi mais je compose aussi dans la voiture ou dans le train. Il m’arrive même de trouver des mélodies alors que je n’ai aucun instrument sur moi (ni machines, ni basse, ni ordinateur). Alors, je tente tant bien que mal d’inscrire ce petit air au fin fond de ma tête et je le ressors dès que j’ai retrouvé mes instruments. Enfin, je ne suis pas toujours tout seul car je travaille avec une parolière, connue sous le nom de Christel Vars.

Quelles sont tes sources d’inspirations ? Y a t-il un mouvement musical auquel tu t’apparentes particulièrement ?

Mes sources d’inspiration sont trop nombreuses et il me serait impossible de tout citer. Je puise autant dans le rock que l’électro, dans la pop que la techno. Pour ne citer que quelques groupes (dans le désordre), je dirais : New Order, Kraftwerk, The Cure, Minimal Compact, The Strokes, Suicide, The Chameleons, Daho et les Chemical Brothers. Malgré tout, je pense que l’on peut assimiler ma musique à deux courants principaux : la Coldwave et l’Electro. Le premier définit le côté froid et ténébreux du projet, il se ressent dans la voix et les claviers. L’Electro se retrouve dans la partie la plus dansante du projet avec des batteries assez percutantes et des basses rondes, parfois noisy.

Pourquoi avoir choisi le morceau Acela pour l’EP que sortira Vielspaß ?

C’est une décision commune, prise avec Nico de la galerie DMA et Luke de Crab Cake (co-fondateurs de Vielspaß). Ils ont beaucoup aimé ce morceau et m’ont proposé de l’inclure sur le vinyle. Comme je suis attaché à tous mes morceaux, c’est avec grand plaisir que j’ai accepté. Malgré tout, pour l’occasion, il fallait que je propose une nouvelle version du morceau et je suis retourné en studio. Ce sera donc une version inédite (intitulée Baltimore Version) qui sera présente sur le vinyle. Vraiment inédite car je ne l’ai jamais joué en live ni diffusée à la radio.

Quels sont tes projets pour les mois à venir ?

Je vais essayer de faire tourner ce projet. J’adore la scène et Astrodynamics me tient particulièrement à cœur, l’objectif est donc de jouer au maximum, de faire le plus de concerts dans un maximum de lieux différents. C’est important de jouer un peu partout et dans des lieux très hétéroclites car cela influe sur la composition et forge de bien des manières notre musique.

Tu vas délaisser la scène pour sortir ton EP, en octobre il me semble ?

Non, au contraire. L’EP est déjà prêt. Il est dans les starting-blocks, cette sortie (le Samedi 05 Octobre) sera un bon prétexte pour organiser un concert et mettre en place une belle soirée.

As-tu eu le temps de jeter un œil sur la programmation des Bars’n Rennes ? As-tu un « coup de cœur » ?

Oui, bien sûr. Je ne connais pas tout et il faudrait que je l’écoute plus en détail mais j’ai déjà quelques « coups de cœur » pour First Lady, Maria False, Rapid Douglas et Coldgeist.

Le mot de la fin ?

Je pense que l’on peut annoncer certaines de mes prochaines dates : L’UBU ce Jeudi 30 Mai dans le cadre de Bars’n Rennes (mon concert débute à 00h45), Chausse Tes Tongs (16 et 17 août à Trévou-Tréguignec) avec Rover et Hyphen Hyphen et le festival Visions qui se déroulera les 9, 10 et 11 août à Plouezoc’h (près de Morlaix).. On peut aussi parler du site qui contient toutes mes infos : www.astrodynamicsmusic.com

Rendez-vous jeudi soir sur la scène de l’UBU pour le live d’Astrodynamics à partir de minuit, à bon entendeur salut !

Retrouvez Astrodynamics sur :

http://www.astrodynamicsmusic.com/
https://www.facebook.com/astrodynamicsmusic
https://twitter.com/astrody
https://soundcloud.com/astrodynamics

 

1 Comment

Leave a Reply