Rencontre avec The 1969 club


The 1969 club, c’est deux gars, une fille, et un concept simple : envoyer la sauce. Un power trio guitare/basse/batterie pour du gros rock garage qui tâche. D’une énergie débordante sur scène et porté par une leadeuse survoltée qui n’a pas froid aux yeux, ces trois jeunes briochins émigrés à Rennes ont déjà parcouru un sacré chemin et commencent peu à peu à faire parler d’eux dans la cour des grands.

Rencontre avec Marie & Hadrien, deux des trois piliers du flambant combo.

Pour commencer parlez-moi un peu de la formation du groupe…
M&H : Alors à la base on est de St-Brieuc, le groupe s’est formé là-bas il y a quatre ans. On s’est tous rencontrés quand on était gamins et depuis on est restés super potes et on a fait évoluer notre projet musical ensemble. On savait ce qu’on voulait comme style, il y avait un désir commun de quelque chose de puissant, du rock efficace et rentre dedans. Et du coup ensuite on a bougé sur Rennes pour nos études et l’évolution du groupe a suivi son cours.

Quels courants/artistes vous inspirent dans votre composition ?
M&H : On va dire de façon globale toute la discothèque rock ancienne et moderne, tout ce qui s’apparente aux courants punk, rock garage, psyché… On aime ce qui envoie du lourd ! Entre autres les White Stripes, Kasabian, Supergrass… Les Craftmen Club notamment, qui ont joué pour nous une sorte de rôle de déclic quand on était plus jeunes, on les a vu lors d’un concert à Guingamp et on s’est dit…whaouh, c’est ça qu’on veut faire, du rock’n’roll !

Comment se passe la composition dans le groupe ?
M&H : On compose vraiment tous les trois ensemble, en interaction, au fur et à mesure des idées qui émergent.

Votre 1er EP 5 titres, « The Red Album », est disponible en ligne depuis décembre, de nouveaux enregistrements prévus pour bientôt ?
M&H : On sortira probablement un 2 titres sur le net dans les mois à venir suivant l’évolution de nos compositions et de notre planning, et puis le gros projet ce serait de sortir un album à moyen terme afin de pouvoir s’appuyer dessus pour tourner un peu partout en France et commencer à s’exporter à l’étranger. On envisage aussi de sortir un clip dans les mois à venir si on en a la possibilité.

Sinon vous avez donc joué aux Transmusicales en décembre ?
M&H : Oui, c’était génial, ça s’est super bien passé pour nous, on a eu des bons retours sur notre concert, des retombées positives… un vrai coup de pouce, indéniablement ! En plus on venait de rencontrer notre tourneur peu de temps avant donc à partir de cette période les choses se sont pas mal enchaînées pour nous.

Quelles sont vos prochaines dates ?
M&H :  Alors la date la plus proche c’est vendredi 5 avril à Marcoussis (banlieue parisienne) pour le Festival Elfondurock, aux côtés d’Hyphen Hyphen et de Théodore, Paul et Gabriel. Sinon on a été sélectionnés via SFR Jeunes Talents pour jouer au Printemps de Bourges, et plein de nouvelles dates vont être annoncées au fur et à mesure sur nos pages web pour cet été. Stay tuned !

Quels sont les groupes que vous avez l’habitude de côtoyer sur Rennes et que vous soutenez ?
M&H : Les Wankin Noodles ! On les connait depuis longtemps maintenant… et puis beaucoup d’autres groupes montants de Rennes, c’est un peu comme une grande famille ici, tout le monde se connait ! Les Way of Life, Alphabet, les Popopopops, Juveniles… Et puis à côté on s’entend aussi très bien avec Philippe Routeau, Jean-Louis Brossard, toute l’équipe de l’ATM… des gens supers qui nous ont beaucoup aidés !

Quand on suit un peu votre groupe sur le net vous donnez l’image d’un trio bien barré de gros déconneurs, une image voulue, un parti pris ?
M&H : (Rires) Non, on est juste comme ça dans la vie de tous les jours ! Y en a toujours un pour sortir une connerie et les autres ne peuvent pas s’empêcher de suivre… On donne une image qui nous ressemble, sans y réfléchir, c’est vrai qu’on a souvent du mal à garder notre sérieux !

Le mot de la fin ?
M&H : Continuez à aller voir des concerts un peu partout à Rennes, il y a plein de groupes cool à découvrir!

En attendant de pouvoir les apprécier en live, retrouvez The 1969 Club sur Bandcamp et Facebook 

1 Comment

Leave a Reply