Un flow rétro au Festival Dooinit

Pour sa 3e édition, le festival de hip-hop/jazz/soul unique en son genre à Rennes, a choisi de faire dans le rétro. Créée en 2008 dans les quartiers sud de la capitale bretonne, c’est l’association Dooinit qui en assure l’organisation et qui gère également un label. Au programme de l’édition 2012 : des vétérans du hip-hop américain comme Lords of The Underground, célèbres dans les années 90 ou encore l’ex A Tribe called Quest Ali Shaheed Muhammed, mais aussi des conférences (Olivier Cachin) et des projections. Tout ça sous le thème du « Golden Age ». Retour sur la soirée du Jeudi 5 avril.

Jeudi soir, la salle intimiste de l’Antipode a vibré au son de rappeurs US et Français. C’est le collectif Mic Pro qui a ouvert la soirée. Ce collectif français, composé de Mr. JL, Ruddy Lapoz Vulkain et DJ Sek, a fait ses premiers pas à l’extérieur de « Paname City».
On a surtout admiré la « warm-up » assurée par DJ SEK (ou Kessey)- « seuls les vrais savent » comme disent les puristes, membre à part de l’un des groupes les plus cultissimes niveau hip-hop Français, à savoir: Les Little. Il est aussi avec deux de ses compères, membre fondateur de Time Bomb, le label qui a révélé Lunatic (Booba, Ali), Oxmo puccino, Les X-men, Pit Baccardi, et bien d’autres. Nombreux étaient les B-Boy et les B-Girls qui répondaient  déjà présents lors de notre arrivée à l’Antipode.

Ensuite, fini la rigolade et place aux Géants Ricains. Pour commancer, Torae et son Rap East-Coast sorti tout droit de « Brooklyn Zoo ». Doté d’une énergie débordante digne de sa réputation de « bête de scène », le rappeur nous a présenté son dernier album avec brio. Produit par DJ Premier –à qui Torae a rendu un bel hommage ainsi qu’à Marco Polo (pour leur album Double Barrel signé ensemble) – l’album du nom de « For the record » raconte l’histoire de Torae. Durant toute sa prestation, le rappeur américain nous a impressionné par son flow énergique et carré. Revendiquant vraiment l’héritage « boom bap », son côté carré n’a pas empêché le rappeur d’inclure le public dans sa prestation : le public situé à droite criait « BULLSHITS !! », le côté gauche lui répondait « PARTY ». Encore un clin d’oeil à un autre grand du rap : Notorious B.I.G. Mais Torae ne s’arrête pas là dans les hommages : arborant un tee-shirt où trône le nom de Guru de Gangstarr, le rappeur de Brooklyn nous a plongé dans un autre univers. Torae nous a montré qu’il était définitivement installé parmi les valeurs sûres du hip hop underground newyorkais. Après un rappel réussi, le MC a quitté la scène sous un tonnerre d’applaudissements.

Le climat hip-hop ne s’est pas envolé pour autant. Pour preuve : entre les show des artistes, le salle s’est transformée en scène: les amateurs ou professionnels de breakdance, locking ou popping ont pu esquisser des pas de danse, entourés d’un public enjoué et admiratif.

Les lumières se sont alors braquées sur le dernier groupe de la soirée. Entrant sur scène d’un pas triomphant sur le titre célèbre «  Here come the Lords », les Lords ont fait preuve d’un show remarquable. Débordant d’humour, ils ont interprété leurs grands tubes tels que « Tic-Toc » ou encore « Chief Rocka », repris en chœur par toute la salle.  Leur flow plus qu’entraînant et cavaleur nous a fait oublier le mauvais réglage de basses du début. Le brillant jeu de questions-réponses entre Doitall et Mr Funke n’a cependant pas évincé leur DJ Lord Jazz : pendant une bonne dizaine de minutes, les deux MCs nous ont laissés écouter le DJ esquisser des sets allant de sons funky à un Hip-Hop pur et dur digne d’un set des X-Ecutioners. Puis retour sur le plateau des deux rappeurs. Leurs paroles basées sur des gimmiks et des excentricités ont permis aux chanteurs de s’approprier la salle en la divisant en deux, telles deux équipes de sport dirigées par leur coach. Pour leur 2966ème show –précision apportée par Doitall lui-même, la salle a joué le jeu !

Les Lords ne nous ont malheureusement pas accordé de rappel, nous laissant un peu sur notre fin. Très Belle soirée tout de même, nous laissant également comme souvenir des courbatures aux jambes et aux bras ! Merci à toute l’équipe de Dooinit !

No Comments Yet

Leave a Reply