Retour sur TAM-TAM

Cette année encore, le festival TAM-TAM a investi l’esplanade Charles de Gaulle à Rennes, du 29 septembre au 1er octobre. L’ouverture du festival s’est faite en grande pompe, sous le soleil et la chaleur. Expositions de projets artistiques, goûter-débats, volonté de faire connaître aux petits nouveaux les associations, les organismes, les évènements qui animent la ville de Rennes et de ses environs. Présentation de ce festival sous un soleil estival. Le festival TAM TAM est, depuis huit ans, connu comme le festival d’accueil des jeunes à Rennes. Il s’est présenté cette année, sous forme d’un circuit où le visiteur découvre, au fur et à mesure, les bons plans pour se loger, trouver du travail ou s’informer sur les évènements que toute la ville de Rennes et Rennes Métropole proposent. Ce festival s’est étalé sous trois grands chapiteaux. Cent trente stands étaient mis à la disposition des visiteurs.

Pour l’inauguration, Barbara Prudhomme, une des organisatrices et Thibault Rabiller, chargé de communication au Centre Régional de l’Information et de la Jeunesse (CRIJ), ont proposé une visite guidée du festival. Cette dernière a été animée par la fanfare théâtrale les Grooms avec des interactions avec le public, des chants et des danses. « Le festival TAM-TAM (…), c’est pour les jeunes une première découverte en grandeur nature de ce que la ville de Rennes peut leur proposer » explique Jean Lemesle, président du CRIJ. « Ce sont les bons plans, les bonnes adresses et les bons contacts » complète Glenn Jégou, élu jeunesse à la ville. Ces trois jours ont été l’occasion de découvrir les ressources sociales, culturelles et éducatives de Rennes, ce qui permet une meilleure intégration dans la ville et dans ses activités. Rennes, c’est quelque 60 000 étudiants. « Un habitant sur deux a moins de trente ans », complète Glenn Jégou.

L’engagement, la promotion des cultures urbaines et du hip-hop, les projets que Rennes met en place comme, par exemple, les bourses Fonds Rennais des Initiatives Jeunes (FRIJ) sont mis à l’honneur. Beaucoup de projets ont été exposés comme celui du label associatif Bocal Records, des photographies de Ruth Alvarez, Jérémy Thoraval ou encore celui de Sarah Rouxel et Jaouen Blot.

Pour finir en beauté cette première journée : vin d’honneur sous fond musical. Le groupe Star Ac Is Not Dead a revisité des tubes à sa façon, version rock’n’roll déjanté. Une journée qui s’est achevée sous la bonne humeur et le soleil. De bon présage pour la première soirée de la Nuit des 4 Jeudis….

Vous souhaitez avoir une version détaillée ? Allez ici !

M.D.

No Comments Yet

Leave a Reply